Home > Précédentes Assemblées annuelles > Assemblées annuelles 2013 > Programme > Flux Financiers Illicites En Afrique: Quelles leçons en tirer ?

Flux Financiers Illicites En Afrique: Quelles leçons en tirer ?

18/02/2021

Actualités

Description de l'évènement

Etant donné l'abondance de ses ressources naturelles, l'Afrique pourrait avoir la capacité de financer ses besoins de développement à partir de ses propres ressources, avec le financement externe jouant uniquement un rôle complémentaire. Cependant, tant que le continent africain continuera à souffrir d'une hémorragie de ressources par le biais des flux financiers illicites de l'ordre de grandeur qui sera décrite dans cette session, le financement du développement par les pays eux-mêmes risque d’être largement insuffisant. En effet, le paradoxe d’une Afrique riche en ressources naturelles, mais continuant à dépendre de l'aide extérieure pour la fourniture de ses services de base est un sujet de grande préoccupation.

Ce travail analyse le volume et la structure des flux financiers illicites en provenance des pays et régions d'Afrique au cours de la période allant de 1980 à 2009. Il estime que l'Afrique a perdu approximativement 1300 milliards de dollars américains au cours de cette période de trente ans, sur une base réelle cumulée, en grande partie du fait des flux financiers illicites. Ce montant dépasse les flux entrants de capitaux enregistrés pendant cette période et est presque équivalent au Produit Intérieur Brut réel actuel de l'Afrique. De plus, il y a une inégale répartition de ces flux financiers illicites. Les pays d'Afrique Subsaharienne ont perdu plus de ressources que ceux d'Afrique du Nord au cours de cette période de trente ans, bien que pendant la dernière décennie, cette tendance se soit inversée. Le rapport montre également que les pays riches en ressources naturelles, en particulier les pays exportateurs de pétrole, ont contribué pour une grande part aux flux sortants de capitaux. Néanmoins, certaines ressources ont pu être récupérées par le biais des transferts de fonds des migrants et par les initiatives d'allégement de la dette.

Au cours de cette session, le rapport susmentionné sera présenté et jettera les bases d’une discussion qui rassemblera des personnalités de haut niveau des secteurs public et privé sur le problème des flux financiers illicites en Afrique et les moyens de les juguler à la fois au niveau national et international. L'événement sera également une plate-forme d’échange d'idées sur les recommandations politiques appropriées pour freiner ces flux sortants de capitaux.