Home > Votre séjour à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire

Votre séjour à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire

07/04/2019

L’hébergement

Abidjan dispose d’un large éventail d’hôtels et de résidences garantissant un séjour agréable à tous ses visiteurs. Vous trouverez une liste indicative sur le lien suivant : www.booking-abidjan.com. Cette liste est gérée par le Comité national d’organisation (CNO) pour le compte de la République de Côte d’Ivoire et leurs tarifs sont disponibles sur le portail des Assemblées annuelles 2020. Les personnes, qui souhaitent effectuer des réservations, devront le faire via la plateforme mise à disposition par le CNO à la Banque africaine de développement.

Les services de santé

Les services de santé en Côte d’Ivoire répondent aux normes requises sur le plan international et la Banque africaine de développement est compétente à gérer tout type de situation médicale d’urgence.

Les services de santé lors des Assemblées annuelles 2020 seront organisés comme suit :

Un centre médical pour fournir les soins de première nécessité au centre de conférence situé à l’Hôtel Ivoire, et dont les services seront assurés conjointement par le service des ambulances de la Côte d’Ivoire et le Centre médical de la Banque africaine de développement.

Des centres médicaux identifiés, avec des services de référence pour des soins spécialisés. Toutes les personnes présentes au centre de conférence ou dans tous les principaux hôtels accueillant les participants aux Assemblées annuelles pourront accéder à ces installations, soit directement, soit à travers les services d'urgence-ambulance.

Les informations concernant hôpitaux et cliniques peuvent être consultées à travers les liens suivants

En cas d’urgence médicale après les heures de service, le médecin de la Banque africaine de développement pourra être contacté au 75 75 05 05.

Les Assemblées annuelles seront couvertes par plusieurs ambulances, l’une d’elles positionnée au centre de conférence de l’Hôtel Sofitel Ivoire.

Sites touristiques et monuments historiques

Tourisme balnéaire

 La Côte d'Ivoire compte environ 550 km de côtes bordant l'Océan Atlantique et près de 300 000 ha de plan d’eau lagunaire : des plages de sable fin, de cocotiers, de criques, de falaises, de lagunes, permettant la baignade, le surf, la pêche sportive, les sports nautiques, le voile, etc. Les villes de Grand-Bassam, d’Assinie, de Jacqueville et de Sassandra sont les principales destinations touristiques balnéaires. En outre, les villes telles que San Pedro, avec la somptueuse plage de Mono Gaga et Grand-Béréby qui doivent leur popularité à la sublime baie nommée "La baie des sirènes".

Écotourisme

 Le pays compte 8 parcs nationaux et plusieurs réserves naturelles qui offrent une large variété de faune et de paysages du Nord au Sud. Depuis 1996, le gouvernement ivoirien encadre un projet de protection des zones sauvages en Côte d'Ivoire. En plus de celles-ci, il convient d'ajouter les sites et curiosités qu'offrent les villages ivoiriens. Cependant, leur caractère sacré rend très délicats leur développement et leur mise à disposition au grand public.

Tourisme traditionnel et religieux

La Côte d'Ivoire constitue une véritable mosaïque ethnique, car on y dénombre plus de 60 ethnies différentes qu'on peut regrouper en quatre grands groupes (selon des critères linguistiques):

  • Le groupe mandé : localisé dans le nord-ouest du pays, ce groupe, appelé aussi mandingue, compte surtout les Malinké, les Bambara, les Dioula, les Foula, etc. Au centre-ouest, l'ethnie des Dan réside dans la zone montagneuse du pays, principalement autour de Man.
  • Le groupe krou : au centre-sud et au sud-ouest résident les Krou ou Magwé, la principale population de cet ensemble ethnique étant les Bété.
  • Le groupe gour (voltaïque): au nord-est, ce groupe constitue l'un des plus anciens peuples du pays, avec les Sénoufo et les Lobi, qui  habitent le Nord.
  • Le groupe akan : à l'est, au centre et au sud-est se trouvent les Akan, l'ethnie la plus nombreuse, et que l'on divise en Akan du Centre (principalement Baoulé), en Akan frontaliers (Agni, Abron, etc.) et en Akan lagunaires (Ebrié, Abouré, Adioukrou, Appolloniens, etc.).

A ces populations, il faut ajouter les ressortissants de la sous-région Ouest Africaine (Burkina Faso, Mali, Sénégal, Guinée, Libéria, Ghana, Niger, Togo, Bénin, Nigeria, Mauritanie…) qui vivent en parfaite harmonie avec les autochtones.
Chacun de ces groupes témoigne de son art de vivre, à travers ses réalisations :

Le bois et le bronze
Raphia, rotin, bois et bambou permettent les vanneries, les sculptures sur bois, les meubles d'art... Le bronze, travaillé selon la technique ancestrale de la cire perdue, est connu presque partout en Côte d'Ivoire.

Les statues et masques
La principale différence entre statue et masque réside dans le fait que la première reste immobile pendant les cérémonies, tandis que le second participe à toutes les phases du rite, puisque attaché autour du visage d'un participant, souvent un initié, dont l'incognito est préservé.

Le tissage et la peinture
Les Baoulés, les Dioula et les Sénoufo se distinguent dans l'art du tissage. Baoulé et surtout Sénoufo sont renommés pour leur peinture sur tissu. Sur des panneaux de toile écrue, l'artisan dessine des animaux symboliques, accompagnés de motifs géométriques. Les tisserands du Nord utilisent des teintures végétales comme l'indigo ou la kola. Le kaolin est utilisé pour orner le visage et le corps des participants aux cérémonies traditionnelles et religieuses.

La danse
La région de l'Ouest est une des plus riches de Côte d'Ivoire en ce qui concerne les danses traditionnelles. Environ 300 font partie des traditions. Parmi les plus connues : le tématé de Facobly (hommage des jeunes filles aux esprits favorables à une abondante récolte de riz), la danse des échassiers de Gouessesso et Danané (imagination chorégraphique et adresse gymnique de jeunes gens masqués sur des échasses de 3m de haut), le Goly.

Les poids à peser l'or
Les ethnies du groupe Akan sont considérées comme les peuples de l'or. Leur talent s'exprime surtout dans les figurines de cuivre, servant à peser l'or autrefois et utilisées aujourd'hui en éléments d'ornementation. Chez les Agni et les Abron, chaque cérémonie donne l'occasion de se parer de bijoux, de lunettes et de colliers en or.

La poterie
Pratiquée par toutes les ethnies et le plus souvent par des femmes, la poterie est très présente chez les Malinké. Jattes, canaris et vases sont montés à la main et cuits sur le feu. Les potières de Katiola sont les plus renommées du pays.

Les instruments de musique
Ils sont associés aux différentes formes de cultes. Les tam-tams, dont la base rythmique est souvent soutenue par des calebasses recouvertes de perles ou de cauris, sont les plus célèbres. Ils émettent un son grave et vibrant. Le Balafon (ou Xylophone) particulièrement utilisé dans le Nord du pays, est aussi apprécié par les Baoulé, les Dan et les Guéré.

La religion en Côte d'Ivoire, est caractérisée par une très grande diversité des pratiques. Les confessions religieuses les plus suivies par les populations vivant en Côte d’Ivoire sont l'islam (38 %), le christianisme et en particulier le catholicisme (22 %) ainsi que le protestantisme (5,5 %). Plusieurs habitants du pays restent attachés aux religions traditionnelles (17 %), qui, au demeurant, maintiennent une influence assez forte sur toutes les autres croyances. En marge de ces grands courants, 17 % des habitants du pays pratiquent d'autres religions. Les deux plus grands édifices sont :

La Basilique notre Dame de la Paix de Yamoussoukro (Centre, 230 km d’Abidjan), inscrite en 1989, par le livre Guinness des records, comme le plus grand édifice religieux au monde.

La grande mosquée de Kong (nord-est à environ 550 km d’Abidjan), un édifice religieux islamique détruit en 1897 par Samory Touré et rebâti à l’aube du XXème siècle.

Plusieurs autres édifices religieux font la fierté de la Côte d’Ivoire et permettent à tout croyant de tout horizon de venir se recueillir spirituellement : la Cathédrale St Paul du Plateau, la Grande Mosquée du Plateau, le Sanctuaire marial d’Abidjan, la grande mosquée de Yamoussoukro…

Tourisme sportif
Le paysage sportif compte de nombreuses fédérations qui sont : le football, le handball, le basket-ball, le cyclisme, le rugby, l'athlétisme, le Tae-kwondo, la natation, le Rallye du Bandama, le Golf, l’équitation, le canoë-kayak, le Marathon international de la ville d’Abidjan, etc.

En Côte d'Ivoire, il existe trois terrains de golf (Abidjan, Yamoussoukro, San-Pedro). Ces parcours contiennent entre 9 et 18 trous. Aussi, chaque année, une compétition internationale est-elle organisée, dotée du trophée Félix Houphouët-Boigny. Cependant, le golf est un sport pas trop répandu au sein de la population. Ses règles sont méconnues du large public ivoirien qui se dit freiné par le coût élevé des équipements nécessaires à la pratique de ce sport.